J’ai Tant Rêvé de Toi by Robert Desnos

     I’ve Dream of You So Much

     I’ve dreamt of you so much you’re losing your reality.
     Is there still time left to reach this living flesh and to kiss on that mouth the birth of the voice I hold so dear?
     I’ve dreamt of you so much that my arms accustomed to, when embracing your shadow, to cross themselves on my chest wouldn’t shape to the contours of your body, perhaps.
     And that, in front of the real face of what’s haunted me and governed me for days and years, I’d doubtless turn to shadow.
     Oh sentimental scales.
     I’ve dreamt of you so much there’s no more time, I fear, for me to wake. I sleep standing, my body exposed to all of the shapes of life and of love and you, the only one I care for anymore, I could no more touch your forehead or your lips than the first lips and the first forehead come.
     I’ve dreamt of you so much, and walked, talked, slept with your ghost that I’ve nothing left perhaps, and yet, but to be a ghost among the ghosts and more shadow a hundred times more than the shadow that walks and will walk happily over the sundial of your life.

-Robert Desnos          
tr. Alexandre Rodallec

    

 

     J’ai Tant Rêvé de Toi

     J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
     Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère?
     J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués, en étreignant ton ombre, à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.
     Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années, je deviendrais une ombre sans doute.
     O balances sentimentales.
     J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille. Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le  premier front venus.
     J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant, qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement sur le cadran solaire de ta vie.